Bilan de deux mois et demi de voyage en Amérique latine

Après un long moment de silence radio, me revoici sur le blog. j’espère être plus régulière à l’avenir. Je suis depuis deux mois et demi en voyage en Amérique latine. J’ai pour le moment visité l’Argentine puis le Chili.

Dans cet article, je fais le point de mes deux mois de voyage en Amérique latine et je reviens sur mes diverses expériences et ressenti.

Je dois dire que lorsque je suis partie du Mans, je n’en menait pas large, les larmes étaient au RDV. Ce qui m’avait fait penser que j’en avait oublier mes lunettes de soleil. Il fallait dire au revoir à la famille mais aussi à sa ville et surtout à sa zone de confort pour se lancer dans cet inconnu. Lors du trajet qui me menait à mon bus je me demandais sans cesse : « Pourquoi j’avais fais ce choix, d’où m’était venue cette idée saugrenue de partir explorer un nouveau continent, pourquoi je ressentais ce besoin de découvrir un monde nouveau »

Je suis partie sur Paris faire un « au revoir » aux amis. J’ai pris l’avion avec une grande sérénité pour arrivée à ma première étape, Barcelone, j’y reste trois jours. Je me sens bien, c’est un premier pas avant le départ, je connais déjà la ville pour l’avoir visiter il y a quelques mois. Je prends l’avion pour Buenos Aires le matin de bonne heure. Pareil je me sens relativement sereine, comme si mon esprit savait que je faisait le bon choix. C’est même hallucinant avec le recul, le calme et la sérénité dans laquelle je baignais.

Mon arrivée à Buenos Aires se fait plutôt facilement malgré les 14h de vols, je suis crevée en arrivant et j’ai hâte que d’arrivée à mon hostel dans le quartier de San Telmo. Au début je suis un peu craintive, je garde bien mes affaires près de mois, je me surprends à me retourner dans la rue pour voir ce qu’il se passe. Il faut dire que de voir des enfants de 5 ans faire les poubelles en plein jour n’est pas vraiment bon signe. Il y a beaucoup de pauvreté dans les rues. Néanmoins la ville ressemble énormément à Paris (et les portenos sont à s’y m’éprendre de vrais parisiens, klaxons sont au programme). Je ne tarde pas a me faire des compagnons dans l’auberge, j’en profite pour faire des visites guidées et autre. Le dicton est bien vrai, nous ne sommes jamais seule !

Les deux premières semaines, je suis en mode bus et auberge de jeunesse mais je sens qu’il manque quelque chose à se voyage. En effet, je ne parle qu’en anglais à des européens. Je me lance alors dans le couchsurfing pour de bon et décide pour apprendre l’espagnol de prendre que des hôtes ne parlant que l’espagnol. La première soirée est délicate, mais mon hôte est patient et on se traduit tout avec google traduction, ça me laissera un excellent souvenir de Puerto Madryn et de ses baleines:-O

Mon séjour à Ushuia sera également bénéfique, je passe 7 jours chez 3 chicas parlant qu’espagnol. Je commence à me dépatouille, mas o menos;) Le fait d’être hébergée par des locaux ne me donnent pas le choix… Parfois la communication est difficile mais je vois mes progrès au quotidien.

Mon voyage après Ushuia prendra encore un autre détour, j’ai encore envie de me sortir de cette zone de confort et d’aller encore plus loin. Je m’apprête alors çà faire du stop, façon économique de voyager, meilleur moyen pour rencontrer des locaux et super intéressant pour apprendre l’espagnol rapidement. J’en menais pas large en quittant Ushuia, je n’avais fais que 2 ou 3 fois du stop en France et sur des courtes distances. La je souhaitais rejoindre El Calafate à plus de 900 km de là. Il est en plus difficile de quitter la maison du bonheur d’Ushuia…

Mais quoiqu’il en soit, je prends mon courage à deux mains, me lève de bonheur afin de commencer cette première journée sur les meilleures hospices. Le plus dur est de quitter la ville mais après ce ne fut que du bonheur et des rencontres au top (je ferai un article plus spécialement sur le stop plus tard). Je parcours ainsi l’Argentine en mode stop et couchsurfing. Je me retrouve en auberge lors de mon séjour à El Chaten, je ne supporte pas vraiment l’ambiance « anglophone voyageur » et le maté me manque !

Je me sens toujours à l’aise dans mes baskets ! Todo bien, l’espagnol est en gros progrès ! Je vois des paysages de ouf, j’apprends sur moi, la plupart du temps je passe la journée seule avant de retrouver la douceur et le confort d’un foyer en soirée. Je me plait à passer plusieurs jours dans les villes ou je passe. J’aime prendre mon temps et parfois j’apprécie de ne rien faire. Il est important pour moi d’être à l’écoute de mon corps et de mes sensations afin que ce voyage ou cette expérience ne m’apporte que du bien.

En voyageant, en étant ici, je vis l’instant présent, j’ai la sensation d’être vivante. C’est dur à expliquer mais je me sens pleinement vivante, je profite de cette vie à fond…

Je passe par la suite au Chili, toujours en restons assez longtemps dans les villes (1 semaine à Santiago puis Valpo) toujours en stop et couchsurfing.

Mon voyage prend maintenant une autre forme, je suis actuellement à San Pedro de Atacama au Nord du Chili, près des frontières boliviennes et Argentine.

Ici mon voyage prend une forme d’expérience nouvelle. Je suis complétement charmée par ce lieux, les paysages autour de moi sont juste hallucinant. Et je vous raconte pas la nuit, ce que je vois, c’est juste magique… Des étoiles par millions qui scintillent, la voie lactée juste au dessus de ma tête et des étoiles que je n’avais encore jamais vu…

Bref, je décide de rester car ici je me sens viens, en parlant avec les gens, je suis apparemment atteinte du syndrome de « San Pedro de Atrapama » !!! J’aime beaucoup l’expression, beaucoup de touristes venus ici se sont juste arrêtes là;)

Alors oui restez c’est une chose mais je ne peux pas vivre indéfiniment chez mes hôtes colombiens de Couchsurfing. Il me faut trouver une solution économique de rester.

Je me lance à la recherche d’un volontariat dans une auberge de jeunesse. Il me faudra 5h avant de trouver l’auberge Diabolito, chez Juan:)

En échange de 5h de « travail », j’ai en échange le lit dans un dortoir ainsi que toute les commodités : douche, wifi, café…

Je crois que non seulement j’ai le syndrome de Atrapama, mais après plus de deux mois sur la route (il faut pas croire mais c’est usant surtout quand je suis en mode STOP), j’ai besoin de retrouver une certaine routine, de voir de jour en jour les mêmes personnes, de faire mon trou quoi:), de plus je souhaite prendre le temps d’approfondir la langue, de me lancer dans de nouveau projet et de prendre un peu de repos !

Repos de courte durée, je trouve rapidement un « job » dans un hôtel pour faire les petits dej et le ménage. C’est pas beaucoup rémunéré mais cela me permettra à la fin de faire d’autres excursions, en prime j’ai un délicieux petit dej avec de la baguette française;)

C’est le genre d’expérience que je cherchais, j’éprouve le besoin de sortir de ma zone de confort et de la routine du voyage qui c’était installé (stop, couchsurfing, photo,…) envie de découvrir autre chose, de me surpasser et peut être de finalement trouver ma voix!

Le fait de rester quelques temps sur San Pedro remet un peu en question la suite du voyage, mais cette fois j’ai décidé de m’écouter:) Je voulais déjà rester à Ushuia (qui reste un grand coup de cœur de ce voyage) et sur d’autres endroits que j’ai finalement quitté et qu’aujourd’hui je regrette. Aujourd’hui je suis prête à m’écouter davantage.

Tout ça pour dire que ce voyage en solo apporte son lot de surprise, que ce voyage se transforme en une expérience de vie, que j’ai des souvenirs pleins la tête, que les personnes rencontrées sont juste génialissimes, que la sensation de vivre est une total extase:)

Le fait d’être seule me permet d’être complétement indépendante sur mes choix et sur mes envies. Cela me force à aller davantage vers les autres, cela m’oblige à parler espagnol… Je n’y vois que des avantages, certain y vois du courage de mon coté, c’est une chose tout à fait naturel, je me sens bien et en vie!

Foncez les amis ! Ne rêvez pas votre vie mais vivez vos rêves!

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s